Le Sel de tous nos oublis (Yasmina Khadra) – Première et Dernière phrases

Voilà toute l’histoire.

À ce jour, personne ne sait où ils sont allés ni ce qu’ils sont devenus.

Le Sel de tous nos oublis – Yasmina Khadra


L’écrivain – Yasmina Khadra

L’écrivain - Yasmina Khadra

Il avait plu durant la nuit, et le soleil levant, encore tâtonnant, faisait fumer les vergers.

Le matin, à la première heure, je pris le train pour rattraper mon destin.

L’écrivain – Yasmina Khadra


Qu’attendent les Singes – Yasmina Khadra

Qu’attendent les Singes - Yasmina Khadra

C’est un matin splendide, qui n’existe que pour lui-même comme un rossignol qui chante dans un monde de sourds ; un matin algérien, avec son soleil de décembre éclatant et froid pareil à un joyau punaisé dans l’azur, hors de portée des rêves tordus, des prières biaisées et des Icare aux ailes rognées.

Enserré dans un costume presque neuf, il sort sur le palier, descend une à une les marches de l’escalier, rejoint la rue éclatante de soleil, hume à plein poumons l’air du dehors et, purgé de ses vieux démons, il se laisse emporter par la foule, certain d’être enfin devenu un homme, et digne de marcher parmi ce magnifique peuple qui est le sien.

Qu’attendent les Singes – Yasmina Khadra