Les Cordes-de-Bois – Antonine Maillet

Antoine Maillet-Les cordes de bois

Si les filles du barbier savaient qu’elles furent à deux doigts de naître aux Cordes-de-Bois, au début du siècle, d’une garce appelée la Piroune, ou de la Bessoune, sa fille, elles chanteraient moins haut les vêpres.

La chronique prétend que ce dimanche-là, les filles du barbier auraient chanté moins haut les vêpres.

Les Cordes-de-Bois – Antonine Maillet


Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s