Croc Blanc – Jack London

Croc Blanc - Jack London

Une haute forêt de sapins, sombre et oppressante, disputait son lit au fleuve gelé.

A leur contact, il retrouva un instant le souvenir de ce qu’il avait été autrefois, il revit le loup solitaire, jaloux de son indépendance, qui avait affronté seul tant de tempêtes, puis ce souvenir s’effaça et il demeura étendu, les yeux mi-clos, la petite meute piaillant et se bousculant autour de lui, le soleil de la terre du Sud réchauffant son pelage.

Croc Blanc – Jack London

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s